Supposez que…

Comme je le disais dans mon journal, je vais tenter d’optimiser mon parcours académique. Les frais de scolarité et les horaires n’étant pas au top, et ne voulant pas me retrouver en 2020 avec « simplement » un diplôme de baccalauréat en mathématiques, il est donc nécessaire que j’adapte mon Plan!

150908-quel-con

Qu’aurais-je fait un B.Sc. Math? J’aurais certainement continué avec une Maîtrise et peut-être un PhD. J’aurais peut-être aussi commencé à enseigner ou alors j’aurais développé le concept de métier « Consultant en mathématiques ». Ca l’aurait fait… c’est sûr! Par contre, à ce moment-là, j’aurais environ 50 ans… ma seconde carrière aurait été un peu courte. Bien que… L’objectif, dans mon monde où j’aime les maths, c’est de faire des maths pour le plaisir et de passer à la postérité en ayant trouvé un super théorème (Le Théorème du Postman), permettant d’établir le destin d’une personne en fonction de son ADN (avouez, ce serait cool, non?) ;-).

maitre-du-monde

Bref, redescendons un peu les pieds sur terre et fixons nous un 2020 (max) pour commencer une seconde carrière (au lier de 2026). Pour en arriver là, il faut que je prenne des raccourcis. L’un d’eux consiste à passer mon BSc Math en BSc Math-Info, ce qui me ferait gagner environ 45 crédits de cours, et donc me permettant d’avoir mon diplôme en 2018. Pour la suite, je devrais alors y penser.
L’autre solution est un tantinet plus risquée et plus concrète: poser ma candidature en Maîtrise en Ingénierie Financière – qui est en fait un mélange de plein de choses que j’aime: math, finance, stats, info… Il n’y a qu’un seul risque, c’est que l’on ne pose sa candidature qu’une seule fois et que la lettre de motivation doit être suffisamment attractive pour obtenir un « candidature acceptée » (avec ous ans condition – ce qui signifierait 2-3 cours supplémentaires).

Supposons donc que vous êtes la personne qui lise la lettre suivante (notez qu’on demande que cette lettre fasse environ 2 pages). Vous aurais-je convaincu?

Madame, Monsieur,

Par la présente, je sollicite mon inscription au programme de Maîtrise en Ingénierie Financière.
Comme le démontre mon Curriculum Vitae, mon parcours est assez atypique et nécessite que l’on s’y attarde afin de mieux cerner les raisons qui m’orientent vers ce choix d’études et sur mes motivations.
La passion des mathématiques m’animait déjà avant même mon entrée dans le secondaire, cependant mon choix de rejoindre la Faculté Polytechnique était une erreur stratégique. En effet, mon affinité avec les autres sciences n’était pas au rendez-vous et je me suis donc redirigé vers un baccalauréat en informatique, dont je n’ai aucun mal à terminer. J’ai très rapidement rejoins le monde du conseil : la facilité d’adaptation, la soif de connaissance et la compréhension rapide des besoins des clients sont des points essentiels pour ce métier, et ces derniers me caractérisent assez bien.

Dans mon métier de consultant, j’ai longtemps œuvré dans les milieux bancaires, et souvent pour des projets très spécifiques liés à l’implantation de systèmes de paiement internationaux (SWIFT), mais aussi de plateforme permettant de gérer les transactions boursières et l’automatisation de l’arbitrage (SOPHIS, CALYPSO). Curieux de nature et sur les conseils de quelques analystes, je me suis donc inscrit dans un MBA pour cadres en exercices. J’y ai appris les bases de la finance et de l’économie, mais je n’ai cependant pas eu la possibilité de terminer mon cursus, la crise des Subprimes ayant eu des conséquences chez mes clients qui ont dû revoir leurs priorités. Le contexte de l’époque m’a fortement poussé à me documenter sur les aspects techniques du calcul des actifs financiers et des produits dérivés, y compris sur les modèles de Black-Scholes. Par contre, les limites de l’autodidaxie et de nouveaux contrats ne m’ont pas permis d’aller aussi loin que je le voulais dans mes recherches.

Cependant la passion pour les mathématiques et leurs applications ne s’est pas tarie et, quelques temps après avoir immigré au Québec, j’ai décidé de reprendre le chemin de l’Université pour un baccalauréat en mathématiques, avec comme finalité une réorientation de carrière. L’obstacle principal se dressant sur mon chemin est ma disponibilité et l’impact des horaires des cours sur mes mandats. Autant concilier famille et travail est une chose relativement aisée de nos jours; y ajouter un cursus universitaire long (plus de 90 crédits) est une tâche ardue et onéreuse sur le long terme. Il m’était donc nécessaire de repenser mes opportunités et de me fixer un objectif plus concret, tout en optimisant le chemin à suivre. La voie que j’ai choisie, c’est celle de l’ingénierie financière, lieu de rencontre entre les mathématiques, les statistiques et la finance.

L’objectif que je poursuivrais sera d’améliorer les modèles actuels afin d’y intégrer des éléments liés au monde numérique qui nous entoure, à savoir la disponibilité de l’information et, surtout, leur vitesse de propagation. Les effets d’annonce ainsi que les rumeurs ont des impacts immédiats sur le prix des produits dérivés et de leur actif sous-jacent, ce que les modèles anciens ne prennent pas en compte. Qui plus est, la puissance de traitement des systèmes informatiques ainsi que les développements récents en intelligence artificiel devraient être mis à contribution afin d’optimiser les modèles et cela en temps réel.

Il est aussi à noter que les cours suivis jusqu’à présent et planifiés pour la session d’hiver 2016, les équivalences de crédits, ma maîtrise de l’outil informatique et mon parcours professionnel me permettront de rencontrer la majorité des prérequis pour la Maîtrise en Ingénierie Financière.

En vous remerciant de bien vouloir prendre ma demande en considération, j’espère vous avoir convaincu de la sincérité et de la qualité de ma motivation.
Je reste à votre entière disposition pour une éventuelle rencontre et vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments les plus respectueux.

Rendez-vous sur Hellocoton !
The Postman Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Quelque chose à rajouter?