Seuls les paranoïaques survivent

Non, je ne te parlerais pas du livre du même nom, biographie de Andrew Grove, ex-PDG de la société Intel.
Il y explique que le moteur psychique qui lui a permis de mener son entreprise au sommet a été durant 38 ans la peur intense des concurrents, des consommateurs et des progrès techniques, la peur permanente de se faire dépasser, de ne pas pouvoir s’adapter à l’évolution et de périr, le stress qui l’a forcé à se remettre en cause de façon permanente quitte à être paranoïaque.

84247-v-Seuls_les_paranoIaques_survivent

Mais l’application de cette théorie au monde des entreprises n’est pas l’objet de ce billet. Tout comme les ouvrages plus généraux traitant du management (un bel exemple, c’est l’art de la guerre de Sun Tsu), j’aime à appliquer ces mêmes concepts à notre société mais surtout aux individus.

Je ne vais pas décortiquer le stade ultime de la paranoïa, ce stade où la folie régit nos vies. Par contre, être suspicieux, avoir un ou plusieurs coups d’avance, se montrer critique envers ce qui se passe dans le monde et prendre des précautions, sont des éléments qui font déjà de nous des paranoïaques.
De quoi devons-nous avoir peur? des autres (l’homme est un loup pour l’homme)? de la mort (inévitable)? de blesser les autres (paraît que c’est dû à notre éducation Judéo-chrétienne)? de souffrir (un petit peu de codéine devrait faire l’affaire)? (des araignées, des ouris, des crapauds, des serpents, …)
La parano, c’est de faire cette peur l’élément central de notre vie et de tout faire, avec obsession, pour se protéger de notre phobie.

Productive-Paranoia-FC

Je ne suis pas parano, mais je suis fataliste: que ce soit durant notre ère ou dans la suivante, il y aura encore une guerre mondiale, une épidémie dévastatrice ou un nouvel âge de glace.
C’est un fait: notre Histoire le montre, les humains aiment à tout détruire (même si ils font aussi de belles choses) et toutes les raisons sont bonnes pour s’entre-tuer: religion, pouvoir, argent, idées politiques, etc..
guerre
Je ne crois pas aux zombies (même si j’adore les films) et je les ai toujours assimilés comme des métaphores pour les grandes épidémies. Un jour ou l’autre, un virus s’étendra sur terre et décimera, comme la Peste Noire, une forte majorité de la population. Ce n’est peut-être pas pour aujourd’hui (même si l’Ébola existe) mais il y a toujours une nécessité à prendre en compte la gestion d’une telle crise.
Quant à la météo, même si le réchauffement climatique est plutôt lent et ne se fera surtout sentir que pour nos petits-enfants, il n’est pas exclu qu’une météorite s’abatte sur Terre, que des tremblements de terre dévastent le monde, (que la Flandre soit engloutie),, ou qu’une centrale nucléaire explose…

Trois types d’événements donc: guerre, maladie ou naturel.
Ne soyons pas parano mais t’es-tu déjà demandé ce que tu ferais dans de telle situation?
Peut-être que non, peut-être penses-tu que nous vivons dans un monde de Bisounours? Soit, des guerres, il y en a déjà: Moyen-Orient, Afrique Centrale, Asie du Sud-Ouest – et, si les technologies ont rapproché les gens, la distance entre un conflit et notre chez nous n’est pas vraiment très grande (perso, je pense que la guerre froide 2.0 est un peu trop proche des portes de l’Europe). On pourrait dire que les guerres modernes sont différentes et il y a moins de mort – cela reste une guerre et la population en souffrira toujours. Vivant sur un continent isolé, je pourrais penser que je suis à l’abri (sauf si les USA déclaraient la guerre au Canada) mais je me rappelle que les menaces terroristes n’ont pas de frontière et donc selon la méthode employée, je suis peut-être tout autant en danger que vous.

Dans tous les cas, j’opte pour un avoir un plan (qui sera valable quelque soit l’époque). Si je devais aller au front, je ne fuirais pas les responsabilités mais je voudrais mettre ma famille en sécurité. Les étendues sauvages s’étendent sur plusieurs milliers de kilomètres vers le nord-ouest de ma position. Un chalet isolé, avec tout l’équipement nécessaire (près d’une rivière/lac pour poser une turbine hydro-électrique, fournir l’eau et le poisson, des panneaux solaires, une pièce « froide »…) permettra de survivre en cas de guerre ou de maladie (si on reprend l’analogie avec les zombis, faudra aussi construire des remparts, une douve, des tours, un dragon, etc…), et à certains cataclysmes météorologiques.
Il reste aussi l’option du bunker mais je n’y crois pas trop – du moins si l’on n’habite pas en ville.

Dans mon chalet, j’entasserais un peu de tout mais surtout des livres (faut bien tuer le temps) y inclus des guides pratiques sur le jardinage, la chasse, la survie, la pêche… Il y aura aussi un grand nombre de boîtes de conserve (le temps que les légumes poussent), une basse-cour, de quoi couper et chauffer du bois, quelques armes (vaut mieux prévenir que guérir), une bonne pharmacie, des cartes détaillées de la région, des skis (voire une moto-neige, si une provision de pétrole a pu être faite), des médicaments, etc.. Enfin, il faut un plan d’évacuation pour toute la famille (note qu’ici, on doit déjà prévoir un plan et un exercice d’évacuation en cas d’incendie ou de feu de forêt).

Mais bon, après je me rappelle que je ne suis pas parano et je me dis que les gouvernements ont sûrement tout prévu et qu’il nous protégera le moment venu. D’ailleurs, que pourrait-il nous arriver réellement dans ce monde si parfait?

Rendez-vous sur Hellocoton !
The Postman Écrit par :

21 Comments

  1. 17 juin 2015
    Reply

    Ahah excellent article! Moi en cas de fin du monde imminente je prends l’option « je meurs avec le gros de la troupe ». Parce que pas du tout envie de me battre pour vivre sur une planète où plus rien ne pousse et où la nature et toute abimée…

    • ThePostman
      17 juin 2015
      Reply

      Ah non! Je me trouve un camion, je dévalise une bibliothèque et j’emporte le tout dans mon chalet perdu au milieu de nulle part 😉

      Bon, au passage, j’embarque quand même une dizaine de personnes (de préférence des agriculteurs, des chasseurs et des charpentiers… ) et je crée une communauté qui vivra en autarcie… ;-))

      • 17 juin 2015
        Reply

        Ouais mais si c’est la fin du monde genre big cataclysme nucléaire et que on se prend des pluies dégeu qui tuent tout ce qu’on tente de faire pousser… Moi c’est ma grosse hantise!

        • ThePostman
          17 juin 2015
          Reply

          Voyons! il y a des alternatives: tu fais tout pousser dans une serre protégée de la pluie. Comme les plantes ont besoin d’eau, faudra stabiliser l’eau avant de les arroser (il y a toujours de solutions) 😉

          • 20 juin 2015
            Reply

            Ah tu as l’air vraiment bien au point sur la question! Bon c’est dommage qu’un océan nous sépare, j’aurais rejoint ton équipe de survivor (je sais filer, tisser, tricoter, coudre, repriser,.. ça peut servir).

            • ThePostman
              20 juin 2015
              Reply

              Bon, en cas de fin du monde annoncée, tu devrais avoir la possibilité de traverser l’Atlantique… Bon faut qu’Ils l’annoncent suffisamment à l’avance aussi.

  2. 17 juin 2015
    Reply

    mon gamin m’a dit un jour (alors qu’il me voyait lire un énième bouquin sur les zombies, ou regarder une 21e fois World War Z) que c’est ce qui nous attendait un de ces jours.
    sauf que j’ai beau avoir lu plein de bouquins sur ce thème, je ne suis pas sûre d’être prête pour un tel évènement ^^
    (j’ai dans un coin de ma bib « guide de survie en territoire zombie »)

    un jour que je m’ennuyais, j’ai fait un test à la con sur fb; combien de temps survivrais-tu en cas de retour des morts?
    3 jours… LOL
    adieu ^^

    (je crois qu’on avait déjà évoqué ce sujet, mais comme je perds la boule, désolée si je me répète ^^ )

    • ThePostman
      17 juin 2015
      Reply

      En tout cas, je te rassure, tu ne te répètes pas 😉

      Le truc, avec les zombies, c’est qu’on se retrouve toujours avec deux types: la version WWZ et la version Resident Evil: des ultra-rapides ou des lents (un peu comme les virus). Donc le teste doit bien spécifier à qui nous avons affaire, car si ils sont lents, t’as toujours l’option « courir » – si ils sont rapides, c’est l’option se cloîtrer. Donc il est normal que tu échoues au test 😉

      Heureusement, on nous a pas encore servi des zombies sauteurs (d’où l’idée des douves) ou de zombies intelligents qui ont lu « guide à l’usage des zombies » ;-))))

      • 17 juin 2015
        Reply

        bah merde alors, si les zombies deviennent intelligents!!! ^^
        ça me rappelle un film pourri sur des zombies qui effectivement avaient une once d’intelligence; à moins que ce n’ait été qu’un instinct de « survie » ^^

        • ThePostman
          17 juin 2015
          Reply

          Y a eu un film avec un zombi qui tombait amoureux aussi, il me semble…

          • 17 juin 2015
            Reply

            un film je ne sais pas, mais j’ai lu un roman assez drôle sur un gars qui revient du pays des morts et qui va lutter pour faire reconnaitre la cause zombie ^^ (et tomber amoureux entre autre)
            j’ai eu de bons fous-rires, il faut que je lise la suite d’ailleurs!

            • ThePostman
              17 juin 2015
              Reply

              Le film, c’est Warm bodies:

              • 17 juin 2015
                Reply

                ahah!! ça a l’air drôle! je ne voyais pas Malkovitch dans ce genre de films ^^

                • ThePostman
                  17 juin 2015
                  Reply

                  C’est clair, il est plus crédible en zombie ;-))))

          • 17 juin 2015
            Reply

            Oui c’est Warm bodies. C’est un film de zombie pour midinette. J’ai adoré (vous pouvez me lancer des cailloux, j’assume).

            • ThePostman
              17 juin 2015
              Reply

              Non non, on ne te lancera pas des pierres – on doit les garder pour les zombies ;-)))))

    • ThePostman
      17 juin 2015
      Reply

      (je suis en mode survivaliste, surtout avec les chroniques de la fin du monde)

      • 17 juin 2015
        Reply

        je vais peut-être bien me plonger dedans aussi!
        j’ai pensé à toi mardi aprem, je suis tombée sur les Trudi Canavan à la librairie ^^

        • ThePostman
          17 juin 2015
          Reply

          Chez Trudi, la première chose qui m’a interpellé, ce sont les images de couverture – je ne suis même pas sûr d’avoir lu les synopsis…

          • 17 juin 2015
            Reply

            c’est vrai qu’elles sont belles ^^

Quelque chose à rajouter?