Rodéo par-ci, rodéo par-là, mais qu’est-ce donc que cette chose?

Plusieurs fois sur ce blog, j’ai mentionné que nous étions allés voir un rodéo, mais pour de nombreux européens (et autres nationalités assimilées), ce mot vous renvoie à des films de Cow-boys américains ou à des scènes de chevauchées sauvages. Il est donc temps de vous présenter ce qui, ici, est une activité (sportive et folklorique) du continent Nord-Américain.

Je vous passe les détails concernant l’organisation de la ligue, les étapes à gagner pour participer à la finale, etc etc… Non, mon but est juste de vous présenter le concept même des festivals western de notre région.
Un point est important cependant: malgré ce que l’on peut croire, tous les animaux sont extrêmement bien traités, autant les chevaux que le bétail rencontré lors des différentes épreuves.

Un festival Western dure entre 3 et 10 jours, durant lesquels il y a des spectacles, des séances de qualification, des activités familiales, des brocantes, des marchands et, bien évidemment, des rodéos tous les soirs. Le rodéo en lui-même n’est donc qu’une partie du festival; il commence souvent vers les 19h30 pour se terminer aux alentours de 23h. Vu la météo locale, si vous devez y assister un jour, je vous conseille vivement de prévoir un bon gilet, un parapluie (les épreuves ne sont pas annulées en cas d’averse) et peut-être un bon coussin (les bancs des gradins sont peu confortables).
Il s’agit d’une compétition entre plusieurs équipes; de ce fait, ce sont rarement les mêmes équipes tous les soirs (ceux qui ont gagné n’ont pas vraiment de raison de repasser une épreuve – sauf pour le fun – ou pour l’argent – vu qu’il y a des prix aux vainqueurs).

Il y a plusieurs épreuves et chaque candidat (cow-boy ou cow-girl) se spécialise souvent dans une seule catégorie.

Épreuve 1: La monte de chevaux sauvages (avec selle)
Le principe est simple: on place le cow-boy sur un cheval qui n’aime pas être monté (ceux qui ont un très sale caractère), on ouvre la porte, et le gaillard doit au minimum tenir 8 secondes sur la monture. Celle-ci rue énormément (habituellement – il y en a qui sont un peu mollassonne), principalement parce qu’on lui place une sangle autour du bas-ventre (amis de la SPA, je vous rassure, ça ne lui fait pas mal – ça provoque une gène et c’est tout – un peu comme lorsqu’on vous chatouille au niveau des côtes – et ça ne dure que 8 secondes). Afin de départager les candidats ayant réussi l’épreuve, on attribue un double score: 50 points max pour le cavalier, et 50 points max pour les ruades du canasson.
Dans les détails, il faut savoir que le cow-boy ne peut tenir le cheval que d’une main posée (attachée partiellement par un gant) sur la selle (et l’autre doit être en l’air pour tenir son chapeau). Les chutes peuvent être douloureuses… deux cow-boys sont là pour aider le cavalier à la fin du temps réglementaire (descendre, calmer le cheval, etc…).


Épreuve 1 bis: La monte de chevaux sauvages (sans selle)
Même principe, sauf que le cavalier monte à cru la bête… il se tient à une sellette… Si vous avez mal au dos, ne regardez pas cette vidéo`



Épreuve 2: La course de sauvetage
L’objectif est simple: Cette épreuve exige la participation de deux cavaliers et d’un cheval. Le premier cavalier commence l’épreuve au galop. Entre la deuxième et la troisième borne, le cavalier au sol doit embarquer à l’arrière du cheval avant d’avoir franchi la troisième borne. Sauter sur la monture pendant qu’elle file à 75 km/h n’est pas donné à tout le monde… L’équipe gagnante est celle qui optient le meilleur temps.

Parfois, ça ne marche pas:



Épreuve 3: Le terrassement du bouvillon
Il s’agit d’une épreuve de rapidité… Le Cow-boy part après le bouvillon, doit l’arrêter en lui sautant dessus et le retourner (comme une crêpe). La bête pèse un bon 250kg, ce qui n’est pas totalement évident.


Épreuve 4: La course entre barils
Cet épreuve est on ne peut plus simple: les cow-girls (car dans ce cas, il s’agit toujours des dames) doivent, au galop, faire le tour de 3 barils situés sur la piste. Le meilleur temps l’emporte.


Épreuve 5: L’échange de cavalier
Là, c’est du grand art: Comme dans le cas de la course de sauvetage, le premier cavalier part avec le cheval; par contre, ce qui change, c’est qu’il doit céder sa place au second cow-boy… Le timing est encore une fois la manière de sélectionner les vainqueurs.


Épreuve 6: La prise du veau au lasso
Comme son nom l’indique, le cavalier doit attraper le veau avec un lasso; mais ça ne s’arrête pas là: il doit aussi descendre de son cheval (et là, c’est le cheval qui retient le veau), doit le retourner et ligoter trois de ses pattes, le tout en un temps record.


Épreuve 6 bis: La prise du veau au lasso en équipe
Le « Team Roping » est la seule épreuve en rodéo dans laquelle deux participants travaillent ensemble et accumulent individuellement des points. C’est aussi une épreuve née du travail de ranch qui se pratique encore aujourd’hui. Le « Header » lance le premier lasso et attrape les cornes du bouvillon. Le cowboy attache la corde autour du pommeau de selle et la tire vers lui, afin que celle-ci devienne raide.
Le deuxième partenaire le « Heeler » lance le second lasso et attrape le bouvillon par les pattes arrières. La question de temps et de complicité entre les chevaux et les cowboys est essentielle. Quant les deux chevaux sont face au bouvillon et que les cordes sont tendues, le temps est fini. (J’ai du mal à trouver une bonne vidéo)


Épreuve 7: La monte du taureau
La monte du taureau est une épreuve du rodéo dans laquelle le rider doit monter un taureau et se tenir avec une seule main pendant huit secondes. Le rider se tient à une bullrope, corde tressée à plat, munie d’une poignée renforcée de cuir. Les taureaux sont sélectionnés, élevés et entraînés pour ce sport. Suivis comme des athlètes de haut niveau, l’entrainement, la nutrition et le suivi vétérinaire sont pris très au sérieux par les éleveurs. Durant la monte, le rider ne peut se toucher ni toucher le taureau de sa main libre sinon il est disqualifie. À l’issue des 8 secondes de monte réglementaire, le rider doit descendre du taureau. Un pointage est ensuite attribue au couple.


Épreuve 8: La table de poker
Ou celui qui se lève a perdu… 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !
The Postman Écrit par :

3 Comments

  1. Pimpf
    9 juillet 2016
    Reply

    Merci pour tout ce détail sur le rodéo je ne connaissais que certaines des disciplines

  2. 12 juillet 2016
    Reply

    Ah quand même! Je ne savais pas que c’était aussi « compliqué » et détaillé comme épreuve! Merci pour cet éclairage rodeoesque! 😉

    • 12 juillet 2016
      Reply

      Sérieusement, c’est un show au’il faut au moins voir une fois dans sa vie. Si un jour tu visites le Québec, renseigne-toi s’il y a des rodéos prévus 😉

Quelque chose à rajouter?