Les choix d’un étudiant #1

D’abord, laissez-moi vous présenter brièvement le fonctionnement des études supérieures de premier cycle (entre-autre) de ce côté-ci de l’Océan, lequel diffère assez bien du modèle de Bologne.

  1. On présente une demande d’admission à un programme (ex: Baccalauréat en Mathématiques), ceci est ce qui inclut, quand on vient de l’étranger, un nombre incalculable de documents: Outre les classiques informations personnelles, il vous faut donner une copie de chacun de vos diplômes ainsi qu’un document d’équivalence issu par un Ministère après vérification de l’authenticité et estimation à l’aide d’une grille comparant la durée des études dans chaque pays; à cela, vous devez rajouter vos cahiers de notes/bulletins de chacune des années post-secondaires. Si vous demandez à être dispensé de certains cours, rajouter au minimum la table des matières desdits cours…
  2. Une fois l’admission complétée (et les frais payés), vous vous inscrivez à un session. Et oui, ici, on ne parle pas d’étudiant de première année, 2ème année… Il y a trois sessions par an: session d’automne de septembre à décembre, d’hiver de janvier à avril et d’été de mai à août. D’habitude, les étudiants ne choisissent que l’automne et l’hiver, et prennent un job en été pour payer leurs études. On peut cependant prendre des cours à l’été pour accélérer le cursus quand c’est faisable (voir plus  bas).
  3. Quand on est inscrit à une session, on choisit donc ses cours « à la carte », en fonction du programme choisi, des cours obligatoires, des dépendances entre cours, du nombre de cours optionnels, et surtout en fonction de la session: même si la session d’été est un cas à part (peu de cours dispos, beaucoup de cours à distance…), les sessions d’automne et d’hiver ne sont pas forcément égales en terme de matières: beaucoup de cours ne sont donnés uniquement à l’automne ou à l’hiver… Faire son choix est assez complexe…
  4. Concernant les points 2 et 3, on répète le processus à chaque session, jusqu’au moment où le nombre de crédits est atteint; ce qui signifie la diplomation.
  5. Dans les petits plus, on rajoutera que, si l’on choisit un ensemble de cours à option cohérents, on obtient des « bonus » qui sont alors notés sur le diplôme (ex: la mention « orientation Développement durable »). Pour certains bonus, comme le profil « distinction » qui permet de piocher dans la liste des cours de second cycle (Maîtrise), il faut, en plus de tout ces points, avoir une moyenne de plus 75% sur les 20 premiers cours suivis.
  6. Un point (très) important est que l’on paie les cours par session et qu’il faut compter environ 300$ par cours (un programme complet représente environ 30 cours). On notera tout de même que ces frais sont déductibles des impôts (c’est déjà ça).

Voilà donc le modèle en vigueur ici. Dans la plupart des cas, ce n’est pas si « casse-tête » que ça, vu que les étudiants à temps plein peuvent se référer à un plan général pour le cheminement des cours en fonction de leur première inscription – et qu’ils n’ont vraiment que les cours à option qui sont libres.

Cependant, étant inscrit à temps partiel, je ne peux me permettre de prendre trop de cours présentiels en même temps; donc mes sessions, à de rares exceptions, se limiteront à deux cours (sachant que j’ai obtenu 4 dispenses), ce qui me permettrait de clôturer le programme en 5 ans max. Je reste optimiste dans le fait que je fasse la dernière session en temps complet (au moins 4 cours) ou que je commence de la recherche à ce moment (et donc obtention d’une bourse d’études ou un budget de chercheur).

Et donc, le moment est venu de me choisir des cours pour l’été 2015… Il est à noté qu’il n’y a aucun cours de mathématiques pures à cette session et donc, que si je souhaite tenir mes objectifs (5 ans max), il me faut choisir des cours à options non-math, et le choix se limite à limite à la liste suivante (pour les plus intéressants) et donc je sollicite vos avis pour me donner des pistes de réflexion:

Non, je sais, ne me dites pas que les contenus de cours ne vous perlent pas… allez-y au feeling pour vos commentaire (« sociologie, il y a 3 ‘o’, c’est sûrement un bon cours ;-))

Rendez-vous sur Hellocoton !
The Postman Écrit par :

11 Comments

  1. 16 mars 2015
    Reply

    Alors vu qu’aucun de ces cours ne contient le mot histoire, je ne peux décemment pas donner un avis objectif. Sociologie de l’innovation technologique, c’est surement pour expliquer que les start-up les plus performantes sont crées par des geeks rejetés lors de leur adolescence….

    • ThePostman
      18 mars 2015
      Reply

      Peut-on en déduire que pour devenir riche et célèbre, être geek et rejeté, ça aide? ;-)))

      Sinon Logique, c’est de la philo et la philo, c’est un peu de l’histoire, non? 🙂

  2. 17 mars 2015
    Reply

    Communication! toujours, toujours important! Et la sociologie. Si t’es ok, niveau communication je pencherais plus pour la macro-enomie! Enjoy and have fun 🙂

    • ThePostman
      18 mars 2015
      Reply

      Niveau comm’, je m’en sors assez bien et j’ai ouïe-dire que ce cours n’est pas génial…

      Macro- et micro- sont normalement mais premiers choix – ça m’ouvrirait des possibilités arrivé à la maîtrise.

  3. 17 mars 2015
    Reply

    les deux dernières propositions, il y a déjà plein de mots que je comprends pas, donc voilà ^^

    sinon, les cours de socio et principes de logique ont l’air très intéressants, au moins le descriptif.

    j’ajouterai que la communication pour scientifiques peut s’avérer autant utile à ceux qui côtoient les étudiants de cette matière qu’aux étudiants eux-mêmes
    par exemple, si j’étais tombée sur des profs qui m’avaient bien expliqué les maths, sans aller jusqu’à me donner le goût de cette matière, je les aurais peut-être moins en horreur ^^

    • ThePostman
      18 mars 2015
      Reply

      C’est clair qu’un bon prof peut vous changer la vie et vous faire apprécier des domaines que vous n’imagineriez pas.

      • 18 mars 2015
        Reply

        j’ai pensé à cet article aujourd’hui, car dans le bouquin que je suis en train de lire, l’auteur fait allusion à l’université de Laval 🙂

        • ThePostman
          19 mars 2015
          Reply

          Et le titre du livre est? 😉
          (histoire que je sache si on en dit du mal ou du bien ;-)))

          • 19 mars 2015
            Reply

            c’est dans le dernier roman de Fred Vargas, mais le personnage principal évoque juste une personne qui a fait ses études à l’université de Laval au Québec. C’est tout, pas de développement sur le sujet ^^

            j’aime bien ce genre de coïncidences 🙂

  4. 18 mars 2015
    Reply

    Langages de programmation avancés… quand je vois le programme, j’ai plutôt l’impression de retourner 15 ans en arrière que de faire des études… 🙂

    • ThePostman
      19 mars 2015
      Reply

      C’est un cours de niveau 1 (accessible pour tous, même si c’est « avancé »)… c’est un peu un cours d’histoire 😉

Quelque chose à rajouter?