Les anime de la semaine #4

Ces deux dernières semaines ont été trés prolifiques en terme d’Anime en tout genre… on ne s’étonnera pas donc que je sois toujours fatigué 😉

Unbreakable Machine-doll


Synopsis

A Londres, de nos jours, il y a une académie de magie (non, c’est pas Poudlard). Les magiciens viennent y apprendre le métier de marionnettiste (ben oui, ça s’appelle comme ça), à savoir contrôler (et fabriquer) des poupées (de taille humaine) ou des automates de combat. Les « poupées » sont conçues à partir de matière organique et les automates (je vous laisse deviner ;-)). Bref, voilà donc qu’un Japonais rentre donc dans cette prestigieuse école afin d’obtenir le titre dee Wiseman (le meilleur des magiciens) avec un objectif: la vengeance. Sa poupée Yaya l’accompagne partout… Et elle est très jalouse… 😉

Avis

Alors,cela va s’en dire que la Yaya, elle met de l’ambiance… L’anime est un mélange d’Ecchi et de combat, bien que l’intrigue est là en permanence. Les épisodes s’enchaînent assez bien que l’on a du mal à ne pas regarder le suivant (au lieu d’aller dormir). Le mélange de combat, humour et intrigue est bien dosé et on peut s’attacher aux personnages. On attend la suite avec impatience (et oui, la saison 1 est un peu courte)…

Note: 8/10

Akatsuki no Yona – Princesse Yona

Synopsis

L’histoire se passe dans un monde médiéval (imaginaire): La princesse Yona a toujours vécu au château avec son père et n’a jamais visité le royaume. C’est une fifille à papa assez capricieuse, amourachée de son cousin et protégée par le général Hak, son meilleur ami depuis l’enfance. Le jour de ses 16 ans marquera un tournant: son père sera assassiné sous ses yeux par son cousin.

Avis

On peut dire que cet anime commence assez fort: le premier épisode nous fait s’attacher aux personnages et on se prend vite d’affection pour Yona.. et puis, paf! toute la joie et l’euphorie d’une princesse fêtant ses 16ans s’écroule, ainsi que ses rêves, en un bref instant. Il faut l’avouer, la gamme des émotions passe de la comédie au tragique assez rapidement. On est dans de l’heroic fantasy, donc il y a une quête, des combats et des personnages tout aussi différents les uns des autres. Les relations entre les personnages sont aussi un point fort de cet anime: amour, amitié… Je regrette seulement que le côté psycho-tragique ne soit pas plus permanent, car il faut l’avouer qu’il y a énormément d’humour dans cet anime. Une touche de Dark supplémentaire aurait été la bienvenue. Là encore, il faudra attendre une seconde saison (attention la première saison fait tout de même 24 épisodes) pour savoir comment la petite Yona va s’en sortir…

Note: 7/10

The seven deadly sins

Synopsis

(on reste dans le même contexte) Dans le royaume de Liones, les Chevaliers Sacrés, des soldats aux pouvoirs terrifiants au service de la couronne, viennent de trahir et renverser le roi. Elizabeth Liones, la 3e fille du roi, réussit à s’enfuir et part chercher de l’aide. Son seul espoir est la compagnie des Seven Deadly Sins, un groupe de sept anciens Chevaliers Sacrés surpuissants, recherchés depuis 10 ans pour un crime qu’ils n’ont pas commis : l’assassinat du général en chef des Chevaliers Sacrés.
Elizabeth arrive un jour dans une taverne, le Boar Hat, et rencontre le tenancier, un jeune garçon nommé Meliodas, et Hawk, son cochon loquace. Mais, surprise, le garçon se trouve être l’ancien chef des Seven Deadly Sins, le dragon de la Colère. À eux deux, ils vont partir à la recherche des six autres Deadly Sins et tenter de défaire les Chevaliers Sacrés.

Avis

Contrairement à Yona où les combats sont assez espacés et où la quête est primordiale, l’enchaînement des scènes d’action est ici très soutenu. L’humour est omni-présent, que ce soit avec le cochon qui parle, avec Meliodas qui a un côté pervers ou avec les crises de jalousie de la géante. A l’opposé, nous avons les chevaliers sacrés qui sont totalement dépourvus d’humour et qui aiment à torturer les gens. Niveau sentimental, il n’y a pas grand chose à trouver dans l’anime; même si l’on voit bien certaines histoires se dessiner, leur issue n’est que secondaire (contrairement à Yona). Bref, un bon anime avec une fin 😉

Note: 7,5/10

Aldnoah Zero

Synopsis

Dans un présent alternatif, les Humains se sont séparés à la suite de la découverte sur la Lune d’un portail menant vers Mars par Apollo 17. Ceux qui ont quitté la Terre forment l’Empire de Vers, une société très avancée technologiquement grâce à la découverte d’une nouvelle forme d’énergie (l’Aldnoah) mais proche de la guerre civile. En effet, la planète rouge manque de toutes les ressources vitales et les inégalités se creusent entre la classe dominante et la classe ouvrière. Une courte guerre en 1999 entre la Terre et Mars éclate, conduisant à la destruction d’une grande partie de la Lune, ces débris causant de très importants dégâts à la surface de la Terre.
De plus, l’Empereur est extrêmement affaibli par la vieillesse et délaisse toute la gestion de la planète. Profitant de sa faiblesse, les Chevaliers Orbitaux nouent des alliances et attendent la moindre occasion pour attaquer la Terre, riche en ressources.
En 2014, la jeune princesse héritière, Asseylum Vers Allusia, est malgré tout déterminée à apaiser les relations entre les deux planètes. Ignorante des alliances qui se jouent autour d’elle, elle sollicite le Comte Cruhteo pour se rendre sur la planète bleue. Malheureusement, dans un climat de haute tension, un attentat est commis durant la visite diplomatique de la jeune fille. Il n’en fallait pas moins pour attiser la colère des Chevaliers Orbitaux qui annoncent l’entrée en guerre de Mars contre la Terre…

Avis

On change totalement de registre. Nous voici dans un monde de meccha, de combat, de guerre, de jeux de pouvoir (bien que limité).. Ne cherchez pas l’humour, il n’y en a quasiment pas (y en a bien un qui veut faire le comique de temps à autre mais bof bof). Les personnages sont sobres, ont une personnalité qui leur est propre. J’ai eu du mal à ne pas faire la série complète (12 épisodes) en une seule traite. Une suite est cependant nécessaire (la fin est plus que frustrante).

Note: 8,5/10

Rendez-vous sur Hellocoton !
The Postman Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Quelque chose à rajouter?