L’asocial et ses besoins professionnels…

Me voilà de nouveau dans une phase où j’ai envie de changement… [Attention, ça part dans tous les sens]
Ce serait bien que je trouve une distraction quelconque pour ne pas avoir à me poser cette éternelle question de savoir ce que je pourrais bien faire d’autre de ma vie, là, maintenant…

Et ce ne sont pas vers les sites d’emploi que mes pensées se tournent, même si j’ai commencé par regarder dans ce coin-là. Mes premières recherches, ce fut pour trouver du télétravail (des remote jobs alias homeworking).
Dans les technologies de l’information, c’est encore faisable… bien que ce sont souvent des postes de développeurs, du coup je me dis que je devrais me remettre à coder… Il y a aussi des postes d’Administrateur système, mais faut l’avouer, c’est tout autant inintéressant comme boulot… Et si je cherche dans ma spécialisation, c’est pas beaucoup mieux… Bref, je m’ennuie..

Puis, je me dis que je pourrais changer de secteur, après tout, dans mon mode caméléon, apprendre un nouveau métier ne sera pas si compliqué…. Oui, mais bon, en home working, les autres métiers, c’est un peu du relationnel, c’est à dire qu’il faut rencontrer des gens ou plutôt des clients et des fournisseurs. Ca m’avancerait à quoi? L’enfer, c’est les autres, hein… En plus, je devrais m’habiller en costard-cravate…

Bref, il me faudrait un projet, un projet commun avec d’autres personnes qui serait dans une relation de partenaire-collègue plutôt que client-fournisseur. Ou il faudrait simplement que je m’implique dans quelque chose de plus « grand »… là, je suis tombé sur des sites de mentorat; ça, c’est plus sympa: aider des jeunes à découvrir un métier, leur expliquer à quoi consiste le boulot de consultant, etc… J’ai toujours beaucoup aimé aider les jeunes – déjà, quand j’étais membre du Rotary (dans un lointain passé), je m’étais choisi un club ayant des objectifs axés sur les échanges de jeunes.
Donc, ça pourrait être sympa de pouvoir m’impliquer… mais ça ne va pas nourrir la famille, ce qui veut dire que je dois faire ça en plus du boulot, la famille, les études…
Ce ne sera pas simple. Puis dans le genre « aider les jeunes », je pourrais aussi donner des cours de maths et d’informatique, ça pourrait être intéressant; le hic, c’est que ce sont des activités qui se font après la journée, c’est à dire quand je peux passer du temps avec la petite. Pas simple non plus…
Dans mes recherches, je regardais aussi du réseautage, principalement les incubateurs à startup. Là aussi, ça serait de l’implication.

Mais j’ai aussi des projets (fous) en attente, sur lesquels je voudrais bosser, mais il me faut des partenaires aussi: j’avoue que je ne peux pas tout faire seul….
Je m’ennuie, je ne performe pas au boulot parce que je n’y trouve aucun intérêt… un boulot, pour moi, n’a de l’intérêt que s’il s’agit d’un défi… Pour beaucoup, la migration en cours au boulot peut s’avérer un gros défi. Pour ma part, le défi est passé: la documentation est là et n’importe quel quidam doit pouvoir la suivre…

Et donc, j’en suis à me dire que mon utilité est limitée, que je ne sers à rien et qu’il faudrait vraiment que je bouge… J’ai besoin de mon indépendance, vis-à-vis d’employeur, vis-à-vis des gens, vis-à-vis de mon CV… Toutes ces capacités, tout ça pour « bosser » en se tournant les pouces… je sais que certains aimeraient bien ce genre de boulot, mais pas moi…

Le côté Zèbre est bien évidemment présent; c’est lui qui me tiraille comme ça… cette douance, c’est un facilitateur, mais c’est aussi un sérieux handicap quand elle ne peut pas s’exprimer. Sur Facebook, je devrais peut-être trouver des partenaires, des gens qui sont aussi à la recherche de quelque chose…
Mouarf… ça veut dire communiquer… c’est pas gagné…

Mais bon, j’ai besoin de changement… c’est un passage.. qui perdure et revient très souvent à la charge…

Rendez-vous sur Hellocoton !
The Postman Écrit par :

12 Comments

  1. 31 mai 2017
    Reply

    Bête proposition : tu aimes aider les jeunes et tu parles de les aider en math ou en informatique… et l’enseignement ? Si tu le sens bien ça peut être sympa…
    Tu cherches des gens qui ont besoin de changement… arghhhh ça me rappelle qq’un… mais bon, ça fait un loin… 😉

    • 2 juin 2017
      Reply

      J’y ai songé, je regarde du côté des collèges (et non des écoles secondaires)… mais ça signifie, entre autre, prendre des cours de pédago…
      Changement boulot, hein!… :p

  2. 1 juin 2017
    Reply

    je connais, il y a des périodes plus propices que d’autres … perso, à force de vouloir changer de cabinet, je me suis rendue compte qu’ailleurs l’herbe est exactement de la même couleur, alors je me concentre sur mes loisirs : peinture, écriture, lecture, expos, je m’organise des sorties (et avec les filles aussi, elles vont bientot faire du graffiti dans le cadre d’un festival) … et quoi qu’il en soit, je pense que le problème est récurrent, comme ça part dans tous les sens, le besoin de changement s’opère dans tous les cadres … sortir du cadre, ma foi, sans l’autorisation écrite de mon banquier je vais pas faire …

    • 2 juin 2017
      Reply

      Chez moi, c’est un besoin permanent… mais là, il se montre plus insidieux que d’habitude; raison pour laquelle je ne suis pas allé bosser hier… Faut que je décompresse de ce boulot inintéressant… On ne peut même pas appeler ça du bore-out… C’est juste que je suis outré qu’on ai besoin d’un consultant pour « presser sur un bouton » (c’est imagé – mais c’est pour dire que la tâche est conne) alors que je pourrais bien être utile autrement…

  3. 1 juin 2017
    Reply

    Y a boulot et boulot et ensuite les activités extra travail.
    A toi de trouver ta voie en fonction de tes envies, de ton lieu de vie etc. 😉

    • 2 juin 2017
      Reply

      J’ai un rapport au boulot bien différent de la normale…. ma bonne conscience me dit qu’on devrait me payer plus pour m’obliger à faire des tâches aussi ingrates… un beau paradoxe… ça mérite un billet… 🙂

        • 2 juin 2017
          Reply

          Oui, les fonctionnaires pensent aussi que payer des consultants, c’est une perte d’argent lol

  4. 3 juin 2017
    Reply

    Qu’est ce qui te plait vraiment dans la vie? Que tu serais heureux de faire tous les jours? Je me suis poser cette question pour arriver à la conclusion que j’adorais les vêtements, accorder les couleurs et les styles, et que donc pourquoi pas savoir comment fabriquer moi-même des vêtements et les vendre pour pouvoir faire ça tous les jours! Et ne plus m’entendre dire pas mes employeurs « Pourquoi posez-vous ces questions, vous ne connaissez pas tous les tenants et aboutissants » ° Bah justement, c’est ce que j’aurais voulu connaître, d’où les questions, banane! ° Les activités manuels ça détends, en plus on peut travailler à la maison, tout seul, toute la sainte journée, sans personne pour nous perturber, le pied 😛

    • 5 juin 2017
      Reply

      Résoudre les problèmes; voilà mon point fort… mais pas les problèmes relationnels par contre… ou alors expliquer aux jeunes, mais je me vois mal préparer des cours…

  5. Anonyme
    3 juin 2017
    Reply

    pfff… ces gens qui sont attachés trop émotivement à leurs collègues au point de ne pas pouvoir travailler sans eux, c’est totalement contre-productif… [ahem!]

Quelque chose à rajouter?