La minute de pub’

Il y a quelques temps, je vous avais présenté quelques spots publicitaires qui passent dans ma région; majoritairement des campagnes de publicité nationales concernant la sécurité routière, la santé et l’intimidation (au cas où vous souhaitez revoir ces spots, le billet est ICI).

Je reviens sur un sujet assez fascinant, celui de la sécurité routière. Le côté fascinant vient surtout de la façon d’aborder le sujet: Le partage de la route!
Ici, on ne compte pas vous effrayer, ni jouer les moralisateurs, ni encore vous montrer des images chocs.
Ca change des nombreuses campagnes trash que l’on croise régulièrement…

J’en avais d’ailleurs parlé par le passé – et je le donne souvent en exemple quand je parle du Québec à mes amis: ici, l’usage de l’avertisseur sonore, c’est uniquement en cas d’urgence. Sur une année complète, j’ai pu compter les coups de klaxons sur le bout des doigts (enfin, j’exagère un peu: quand on appuie deux fois sur le bouton de fermeture des protes, la voiture klaxonne timidement – et dans le parking du boulot, on l’entend de temps à autre).

Ici, on ne klaxonne pas pour un rien, juste parce que l’on trouve que l’autre est trop lent, parce que l’autre ne démarre pas en laissant de la gomme sur le sol… on ne klaxonne pas non plus parce que l’autre ne veut pas s’engager dans un carrefour alors qu’il pourrait joyeusement bloquer tout le croisement… on ne klaxonne même pas pour le touriste qui ne sait pas où il va et qui cherche une rue… pire, on ne klaxonne même parce que quelqu’un vous coupe la route (même pas pour l’enfoiré qui coupe 3 bandes à donf pour sortir de l’autoroute)… On klaxonne uniquement si l’autre s’est endormi (c’est à dire après 30 secondes sans signe de vie – et encore là, je suspecte même certaines âmes de sortir de leur véhicule pour prendre des nouvelles du conducteur).
Je tiens aussi à vous rassurer, même si je vis dans un village de montagne, les faits énumérés ci-dessus sont basés sur mon trajet (en heure de pointe pour la plupart) dans la ville même de Québec (et non mon patelin de 7000 âmes).

D’où vient cette différence de culture? Certainement du niveau de stress peu élevé, du pragmatisme (il y a des bouchons, on va pas s’énerver non plus!), de l’éducation, de ce que l’on apprend à l’auto-école, de la pédagogie utilisée… et aussi des campagnes de la sécurité routières, dont voici quelques extraits (qui m’ont fait sourire plus d’une fois).

La série partager « La route »





Non, je ne vis pas au Pays des Bisounours 😉
D’ailleurs, on a aussi des pubs moralisatrices (mais pas trop)


Rendez-vous sur Hellocoton !
The Postman Écrit par :

7 Comments

  1. 25 mai 2016
    Reply

    faudrait exporter cette attitude… 🙂

    • 25 mai 2016
      Reply

      Vivement le pilotage automatique 😉

  2. 25 mai 2016
    Reply

    bonjour,
    on devrait imposer cette façon de faire à Paris ! Ici le Klaxon c’est quasi réflexe

    • 25 mai 2016
      Reply

      C’est trop souvent le cas. Dans el code de la route (en belgique du moins), il y a une infraction prévue pour ça: Usage abusive de l’avertisseur sonore. Si on file une contravention à tout le monde, ça devrait les calmer, non? (en même temps, ça remplirait les caisses de l’état)

  3. 25 mai 2016
    Reply

    Wow ! Je reconnais bien mon amie Québécoise dans ce que tu dis ^^. Comme e dit si bien Cécile, il faudrait exporter cette attitude ainsi que la mentalité ! J’ai bien ri n’empêche ! Je trouve que des pubs comme celles-ci font autant réfléchir que les pubs montrant des crash (je vais être crue, je m’en excuse !) , des cadavres, des bouts de viande et de la tôle froissée

    • 25 mai 2016
      Reply

      Es-tu allée voir le billet précédent sur le sujet? Celui qui me reste toujours en mémoire, c’est le hymne à la honte (à voir)

      • 25 mai 2016
        Reply

        Pas encore, mais je vais y aller 😉

Quelque chose à rajouter?