Immigrer au Québec – Mode d’emploi

Attention! Je ne me considère pas comme un expert dans le domaine; tout ce que vous lirez ici est basé sur ma propre expérience, celles de certains de mes collègues et sur ce qui est dit sur les sites officiels!

455064-premiere-vraie-tempete-saison-fera

Tout d’abord, l’idéal est de se renseigner sur le pays et la province – car ne croyez pas que vous allez venir ici en conquérants: en immigrant, vous optez pour être intégré et non pour que les gens adoptent votre mode de vie. En gros, si vous êtes réfractaire au changement, vous allez au devant de problèmes et vous risquez, comme de nombreux expatriées, de faire demi-tour après quelques années.
Je rappelle au passage que nous avons des hivers plus rudes qu’en Europe. Il y a quatre saisons (et non une seule, celle des pluies, comme en Belgique) et que l’hiver commence habituellement en novembre (on a déjà eu des chutes de neige en octobre) et se termine fin mars/début avril (en 2014, il neigeait qu premier mai). Vous dire « frileux, s’abstenir » n’est pourtant pas approprié: on est habillé en conséquence, le froid (même les -35° C) est supportable (enfin, on évite tout de même de rester dehors trop longtemps) et les paysages blancs sont magnifiques; quant aux routes, elle sont généralement dégagées après chaque tempête.

Il n’y a évidemment pas que la météo qui pourrait vous faire changer d’avis: si vous ne supportez pas les gens chaleureux, aimables, polis ou que vous êtes habitués à changer de trottoir quand vous voyez des jeunes arriver vers vous, alors, s’il-vous-plaît, gardez votre morosité et ne venez pas nous pourrir la vie (oui, c’est comme ça chez nous – du moins dans les petites villes et villages – Québec étant un grand village – Montréal est « à part »).

Dernier point informatif: Oubliez vos syndicats et vos périodes de préavis à rallonge! Ici, même après 2 ans dans une boîte, on te vire en deux semaines si tu ne conviens pas, et cela même si ton boss est devenu ton meilleur pote entre-temps.

Les démarches!
Elles changent chaque année mais le principe est le même dans le cadre de l’immigration économique:
– Faire une demande à la province
– Une fois votre dossier accepté, faire une demande au Canada
– Installation
J’ai volontairement simplifié… donc entrons dans les détails.

t_drapeau Quebec
La demande de CSQ
Le titre pompeux officiel, c’est d’effectuer une Demande de Certificat de Sélection du Québec.
Le concept est clair: C’est le Québec qui vous choisit et non vous!
Pour se faire, il existe une grille à points et il vous en faut un certain nombre pour pouvoir avoir la chance d’être choisi:
– Il y a des points pour le niveau de scolarité: Plus c’est haut, mieux c’est.
– Il y a des points si vous parlez déjà français ainsi que des points pour l’anglais.
– Votre âge a aussi de l’importance (si vous avez plus de 40ans, les chances diminuent)
– Le nombre d’enfants a aussi son importance (il y a eu un faible nombre de naissance dans le passé et nous devons remplacer le stock ;-))
– Votre profession a de l’importance, tout autant que les années d’expériences. NB: À ce sujet, il convient de rajouter qu’il existe des professions privilégiées (ça change chaque année) ainsi que des professions réglementées par un ordre (si vous êtes médecins, même avec 10ans d’expériences, vous risquez de devoir attendre 1 ans avant de pouvoir exercer de manière autonome).
Ces points s’adressent aussi à votre conjoint.
Vous pouvez effectuer un test gratuit afin de savoir si vous êtes admissibles ICI.

Ensuite, avant de faire la demande, il vous faut rassembler les documents (actes de naissance, preuve de vie commune, CV, preuve de vos emplois précédents, copie certifiée de vos diplômes, …) ET passer un test de langue et cela même si vous des Français francophones parlant français depuis que vous êtes nés en France dans une famille qui ne connait que la langue de Molière. Ce test s’appelle le TEFAQ (test de français adapté au Québec). Selon les disponibilités, il faut parfois attendre 2-3 mois avant de pouvoir passer l’examen, et le certificat obtenu est obligatoire pour rentrer votre dossier (sinon il vous est retourné, ou les points pour la langue française ne seront pas comptabilisés).
Une fois l’ensemble des documents obtenus et la demande complétée, vous envoyez le tout avec un petit chèque certifié conforme au bureau régional la plus proche (Paris ou Bruxelles, c’est selon).

Puis, vous patientez… et patientez encore… encore… encore… Vous allez recevoir un accusé de réception (souvent dans les deux mois qui suivent)… et vous patientez… encore…
Un an plus tard, soit vous serez convoqués à une entrevue (si vos points ne sont pas bien élevés) soit vous recevrez le mini-Graal, à savoir le CSQ (Certificat de Sélection du Québec).
Les délais de traitements se trouvent sont disponibles sur le site officiel, mais vous pouvez aussi trouver les temps réels sur le forum immigrer.com.
Vous aurez donc parcouru la moitié du chemin!

2015-06-16-02-14-08-drapeau-canadien
la demande de Résidence Permanente au Canada
Armé de votre CSQ, vous allez (encore) devoir remplir des formulaires (ce qu’on appelle la trousse) et rassembler d’autres documents dont l’extrait de casier judiciaire (oups… j’ai oublié de vous dire qu’il faut être « Clean » pour venir chez nous) afin de faire votre demande de Résidence Permanente. Là aussi, vous allez devoir joindre un chèque. Vous allez envoyer tout ça au bureau de l’immigration centralisé de Sydney en Nouvelle-Écosse.
Et c’est reparti pour un second tour d’attente… d’abord 2 mois pour l’accusé de réception… puis 2-3 mois supplémentaires pour la convocation à une visite médicale… puis encore 7-8 mois pour recevoir la décision. A noter que même souffrant d’un cancer, vous pourrez être admis au Pays des Caribous. Je ne saurais vous dire quelles sont les maladies qui pourraient empêcher votre venue – le fait est que vous devez être aptes à travailler.

Un petit shortcut intéressant: une fois le CSQ en main, il est déjà possible de postuler à des jobs au Québec – dans certains secteurs et sous certaines conditions. Cependant, ça vous permet d’être plus rapidement actif sur le marché du travail et ed donc de vous installer AVEC votre famille.

L’installation
Pendant toutes les périodes d’attente, vous en aurez, je l’espère, profité pour choisir une destination (souvent Montréal, Québec ou Sherbrooke) pour vous établir; vous aurez même peut-être effectué quelques voyages de reconnaissance et visité des maisons (pour le fun, pour vous faire une idée des prix, etc…).
Si vous achetez en arrivant (ce que nous avons fait), il est bon de savoir que: les frais de notaire sont juste de 1000$, que la seule taxe suite à l’achat que vous aurez à payer (taxe de bienvenue) est d’environ 3% de la valeur de la maison et enfin que la transaction peut se faire en une période de un mois.
Si vous louez, évitez le Moving Day (1er juillet) car c’est la folie et la négociation sur les loyers est difficile.
Dans les démarches à entreprendre dès votre arrivée: Obtenir un permis de conduire (contacter la SAAQ pour « échanger » votre permis européen qui sera valable 6 mois), obtenir votre carte Soleil (Carte d’assurance-maladie), ouvrir vos comptes en banque… et trouvez un emploi. Dans certains cas, et je le conseille vivement, effectuez une demande d’évaluation comparative de vos diplômes. Ceci vous permettra d’accéder à certains postes (en consultance, c’est quasi-obligatoire)
Normalement, pour le boulot, vous aurez eu quelques mois pour vous renseigner sur le marché du travail et contacter des employeurs. Ceux-ci pourraient être frileux pour vous faire signer un contrat tant que vous n’êtes pas encore sur place. Par contre, il y a ce qu’on appelle ici des jobs « alimentaires » permettant de gagner le salaire minimum (resto, épicerie) si vous n’avez pas prévu assez de cash avant de vous installer mais aussi vous permettant d’avoir des références locales.

Combien tout ceci coûtera: TEFAQ + documents adminsitratifs + CSQ + RP + Frais + Avion + logement temporaire + minimum à avoir pour venir + déménagement = $$$$$

Frais 1 pers 1 couple couple + 1 enfant couple + 2 enfants
TEFAQ 150 $ 300 $ 300 $ 300 $
CSQ 765 $ 929 $ 1 093 $ 1 257 $
Dossier RP 475 $ 1 025 $ 1 175 $ 1 325 $
Droit de résidence 490 $ 980 $ 980 $ 980 $
Avion (AT) 650 $ 1 300 $ 1 950 $ 2 600 $
Indépendance financière 3 016 $ 4 422 $ 4 954 $ 5 347 $
Déménagement* 3 000 $ 4 000 $ 4 500 $ 5 000 $
Total 8 546 $ 12 956 $ 14 952 $ 16 809 $

*Vous n’êtes, évidemment, pas obligés de tout prendre avec vous. Le prix dépend du volume.

Voilà pour la version raccourcie… N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions!

Rendez-vous sur Hellocoton !
The Postman Écrit par :

4 Comments

  1. 15 juillet 2015
    Reply

    Clair, net précis ! Merci !!!

    • ThePostman
      15 juillet 2015
      Reply

      Tu vois, â part le coût initial, ça prend quelques années pour pouvoir entrer au pays. Le truc, pour gagner du temps, c’est de commencer le dossier et de l’envoyer. Si tu changes d’avis et abandonnes le projet, ainsi, tu n’y auras perdu qu’un peu de temps et de cash… Puis, dans le cas du doute pour finir par acccepter, le fait d’avoir demander son CSQ te fait gagner une bonne année.

  2. 15 juillet 2015
    Reply

    Hé ben ça a l’air assez compliqué d’être accepté en tout cas

    • ThePostman
      15 juillet 2015
      Reply

      Il existe d’autres façons d’entrer au Québec. Celle-ci est la plus longue et la plus fiable.
      On peut aussi venir travailler de manière temporaire (évidemment il y a aussi des conditions – le PVT est très prisé par les moins de 35 ans) et, quand on a déjà une expérience d’un an dans le pays, il y a moyen de faire une demande pour devenir permanent. Cela nécessite par contre de faire d’autres démarches (coûteuses) et t’oblige souvent de revenir en Europe entre-temps.

Quelque chose à rajouter?