Immigrer au Québec – Dans la pratique (Partie I – Avant le départ)

Dans un précédent billet, je vous ai parlé des démarches administratives pour immigrer au Québec.
Partons donc du principe que tout est OK du côté administratif. Vous avez reçu le GO tant attendu de l’administration fédérale et vous planifiez de partir dans quelques mois.
Que vous reste-il donc à faire?
Autant vous le dire de suite, même si le plus dur est fait, il reste encore beaucoup de choses à faire…

paperasse
Encore de la paperasse:

  • Sécurité sociale: A partir de la Belgique ou de la France, il n’y aura aucun besoin d’une assurance complémentaire si vous quittez le pays « définitivement ». Officiellement, vous devriez avoir un délai de 3 mois de carence lorsque vous vous inscrirez à la Régie d’assurance Maladie du Québec; mais des accords internationaux existent. Cependant, cela nécessite des démarches administratives (simple ou moins):
    – Pour la Belgique, il faut aller d’abord au bureau du Recevoir Communal et vous acquitter des taxes « restantes ». De là, direction le service population pour demander un Modèle 8. Ceci doit être fait 2-3 jours avant votre départ car à partir de ce moment là, vous serez radié du registre national.
    – Pour la France: (je n’ai pas l’information détaillée, l’idéal est de contacter la RAMQ par courriel: INFO RAMQ
    Concernant la pension, des accords existent aussi afin que ce qui a été cotisé ne soit pas perdu (je fournirais plus d’info d’ici une bonne vingtaine d’années ;-))
  • Gaz, eau, électricité, internet, …: Contactez chacun de ces organismes le plus tôt possible afin que les services soient coupés au moment de votre départ. Petit truc si vous avez souscrit des abonnements sur une certaine durée et que vous les cassez plus tôt, ce qui devrait entraîner des frais: La plupart des opérateurs ne vous chargerons pas de frais supplémentaires si vous précisez que vous quittez définitivement le territoire (une preuve sera nécessaire et celle-ci est, en Belgique, le Modèle 8 – que vous faxerez).
  • Assurances: Deux choses importantes à faire à ce niveau: résilier les contrats mais aussi demander une attestation de sinistralité. Si si, c’est utile: un tel document vous permettra d’avoir des réductions de coût lorsque vous magasinerez vos assurances en arrivant. Si votre Bonus-Malus est à 0, c’est un bon point pour montrer que vous êters un bon conducteur. Si vous n’avez jamais appelé l’assureur pour des petits dégâts d’eau, ça aide aussi (étrange, mais c’est ainsi). Pour les assurances-vie et retraites souscrites en-dehors des régimes étatiques, on conseille de ne pas retirer l’argent. Prévenez le courtier afin que votre épargne fasse des petits mais ne virez plus d’argent sus ces comptes. Si cela n’est pas possible, alors renseignez-vous si l’organisme n’aurait pas une filiale au Québec ou retirez vos billes (sachant que les impôts passent dessus). Là aussi, il se peut que le Modèle 8 puisse sauver de l’argent.
  • Passage à l’école: Voici une tâche que je considère comme ardue mais quasi-indispensable: faites le tour des établissements scolaires où vous avez été diplômés et demandez des attestations et des copies des bulletins de l’époque. Cela vous servira dans deux cas bien précis: faire jouer l’équivalences des diplômes (un BAC n’est pas un BAC partout, et une licence non plus) et il se peut que votre futur employeur vous demande de faire attester vos diplômes par le MICC (surtout dans la fonction publique!). PAr ailleurs, si vous n’êtes aps satisfait de l’équivalence, vous allez devoir vous remettre à niveau (c’est rare mais ça arrive) et les notes scolaires ainsi que le descriptif des cours (c’est à dire la table des matières) est très important! [Surtout si vous comptez reprendre des études universitaires comme un certain asocial que je connais]
  • Bonne vie et Moeurs: Vous avez certainement dû fournir un Extrait de Casier Judiciaire dans les nombreux documents fournis pour obtenir votre visa. Avant de partir, refaites un saut à la municipalité et redemandez-en 2-3 copies! Elles ne seront pas inutiles, que ce soit pour un employeur ou tout autre activité tournant autour des enfants.
  • Actes de Naissance: Là aussi, prévoyez 3-4 copies pour chaque membres de la famille. Boulot, école, NAS, RAMQ, etc… on vous en demandera toujours; et, même si on vous la rend, une copie de plus n’est pas perdue!

demenagement
Du côté des biens (matériels):

  • La maison: Vous êtes propriétaire? Alors c’est la grande question qui se pose: vendre ou louer? L’un comme l’autre, tout pourrait se faire à distance à condition de choisir la bonne agence pour ça. N’oubliez pas qu’il faudra alors nommer quelqu’un pour vous représenter lors de la vente ou prévoir des aller-retours en avion… L’option de louer est bonne si vous n’êtes pas sûr que vous allez finir vos jours au Québec; vous minimiserez ainsi le risque de devoir retrouver un logement à votre retour. Côté négatif, il y aura des frais d’agence pour couvrir tout ce qui pourrait se passer en votre absence (dégats des eaux, panne, fuite, etc.. et locataires qui ne paient pas!). La vente, à mon avis, reste l’idéal – tout dépend du marché.
  • Les meubles: Bon, là, les avis pourraient diverger. A moins qu’il n’y ai un lien sentimental fort entre votre chambre et vous (outre le fait que vous y passiez 8h par nuit), je déconseille vivement d’emporter le lit (et ce qui l’entoure) car les maisons ne sont forcément pas adaptées à une chambre complète européenne (il y a presque toujours des placards dans chacune des chambres chez nous); et secundo, la literie n’a pas la même taille (ce qui est problématique et je parle d’expérience). Le salon et la salle à manger, même chose: vous risqueriez de devoir limiter votre choix de logement ici à cause de vos meubles non-adaptés (un bahut, c’est difficile à placer – de même qu’une table pour 10 personnes). Cependant, le sentimentalisme est omniprésent dans ces choix cruciaux, donc pesez le pour et le contre. En plus, emporter des meubles, cela a un prix (voir plus bas).
  • L’électro-ménagers: Alors là, vous n’aurez pas le choix de revendre la plupart des gros électro. Le voltage et la fréquence n’est vraiement pas la même qu’en Europe. Evidemment, vous pourriez investir dans modulateurs mais ça va vous revenir chère sur le long terme. Par contre, il n’est pas impossible que certains robots ménagers restent fonctionnels – vous devez absolument vérifier le Power Supply de votre équipement: si est noté « 110V-220V 50Hz/60Hz (ou 100V/230V) », c’est tout bon pour vous! Un simple changement de fiche suffira (et ça coûte moins d’un dollars)
  • .

  • L’électronique: Pour les PCs, il vous faudra changer le Power Supply (pas trop compliqué, au pire, vous trouverez un magasin d’informatique qui saura le faire). Pour les ordinateurs portables, il faudra acheter en ligne un adapteur secteur (je n’ai aucun problème à trouver ça pour ASUS, HP et DELL). Pour les téléphones portables, il vous faut du tri-bande (histoire d’être sûr, vous pouvez aussi regarder sur un site d’achat en ligne si le même modèle est vendu au Québec). Pour les tablettes et autre, la plupart se charge par USB donc vous trouverez sans problèmes des adapteurs secteur-USB ici. Pour les TV, revendez-les car le voyage, même en container, est risqué et le voltage plus les entrées-sorties ne sont pas forcément les mêmes. Pour les écrans de PCs, vérifier le voltage.
  • La vaisselle: Si vous y êtes sentimentalement attachée, alors oui. Sinon vous trouverez tout ce qu’il vous faut ici. (Là, V. vous direz: emmenez tous vos ustensiles (autre que fourchettes et cuillères).
  • La voiture: revendez. Vous n’avez pas le choix.
  • Vos collections: Livres, BDs, timbres, papillons, CDs,… : à votre place, je prendrais tout. Pour les DVD/Blu-Ray, par contre, il existe des zones. Un lecteur du Québec ne pourra pas lire vos DVDs (sans le trafiquer, et c’est pas gagné!) – donc, si vous en avez beaucoup, alors faites le tour des magasins d’électroniques et cherchez un lecteur DVD (ou blu-ray) acceptant le voltage 110V-220V (Samsung est un bon candidat). Une fois sur place, vous changerez la fiche (pour info, lors de notre dernier voyage, on en a racheté un pour pouvoir le brancher sur notre 2ème TV – donc ça se trouve et pas chère).
  • Vêtements: Faites le tri! Les vêtements d’hiver européennes sont rarement adaptées à notre climat; autant s’équiper sur place.
  • Le déménageur: Une fois que le gros du tri est effectuée, il est temps de passer à la volumétrie. En effet, le transport se paiera en fonction du volume et non du poids. Avec Galienni-Déménagement, nous en avons eu pour environ 4500 Euro en sachant que c’était un service porte-à-porte et que nous en avions pour 17 mètres cube (ça vous donne une indication de prix). Attention cependant, vos affaires vont mettre entre 2 et 3 mois pour arriver, donc dîtes-vous que vous allez devoir camper ;-).
  • Les animaux (bon, ce ne sont pas des biens, je sais): Vu que nous avions 4 chats, ils ne nous ont pas accompagné dans l’avion mais sont venus via une agence qui se charge de les enregistrer et de les mettre dans l’avion. Je les ai récupérés sains et saufs à Montréal. A notez qu’il faut les faire vacciner pour la rage et qu’un véto doit attester de leur bonne santé dans les 2-3 jours avant le départ (je ne vous raconte pas les problèmes de coordination que cela engendre)

Ah oui! ne fermez pas vos comptes en banque tout de suite (gardez-en un ouvert « au cas où » – et longtemps).
Question timing: Le déménageur à emporter tous nos meubles la veille de notre départ, le transporteur animalier est venu chercher nos chats le lendemain de notre départ (il s’en est occupé le week-end), je suis allé les chercher à Montréal 4 jours apr`s notre arrivée… et nous avons « campé » environ 3 mois.
Je crois avoir fait le tour pour la préparation du voyage.

Le prochain billet sur le sujet portera sur les démarches lors de votre arrivée au Québec.

Rendez-vous sur Hellocoton !
The Postman Écrit par :

5 Comments

  1. 13 janvier 2016
    Reply

    Ah ben là, c’est super intéressant. J’adore le Canada 🙂 Bises.

  2. 17 janvier 2016
    Reply

    moi je n’aurai jamais le courage de partir comme ça… j’ai besoin d’avoir tout mon petit monde autour de moi…

    • 18 janvier 2016
      Reply

      Être asocial, ça aide parfois 😉

  3. 18 janvier 2016
    Reply

    Merci pour ce billet très détaillé.
    Même si je ne souhaite pas partir c’est extrêmement intéressant !

    • 18 janvier 2016
      Reply

      On m’a posé des questions l’autre jour et je me suis dit que je devrais faire un billet – ça m’évitera de réfléchir de trop la prochaine fois qu’on viendra m’embêter lol

Quelque chose à rajouter?