Famine temporelle

Il y a quelques temps, je t’avais parlé du temps et du fait qu’il s’agissait d’une ressource rare.
En parcourant la toile, je suis tombé sur un article d’un de mes chroniqueur économique préféré, Amid Faljaoui – Trends Tendance. L’article en question est: ‘La culture occidentale se nourrit de stress, de manque de sommeil et de burn-out’. D’une recherche à une autre, je suis arrivée sur un le sujet concernant la « Famine temporelle ».

Bon, rassure-toi, malgré le fait que la plupart des billets consultés sont orientés « société de consommation », je ne te parlerais pas d’économie et je ne passerais pas mon temps à discuter du capitalisme. Et puis, je n’ai pas envie que tu désertes mon blog ou que tu le considère comme une alternative à un somnifère (aujourd’hui, je suis un asocial qui s’exprime!).

Revenons donc au sujet, lequel a été introduit par un philosophe et sociologue allemand, Hartmunt Rosa, dans on livre « Accélération : une critique sociale du temps ». J’ai pas encore lu le livre, je l’avoue – ce qui n’empêche pas que le concept est bien décrit sur la blogosphère et je vais donc te résumer mon point de vue.

La question est « comment se fait-il que nous avons de moins en moins de temps libre alors que la modernité nous en fait gagner? ».
Quelques exemples?
– Quand on allait à pied à son travail, à 5 km de chez soi, il fallait compter une heure. Maintenant que l’on prend nos voitures, nous pouvons faire ces 5 km en 10 minutes et en gagner potentiellement 50. Mais nous n’habitons plus à 5 km de notre travail, mais à 30 km, ce qui fait qu’on passe toujours une heure à nous déplacer…
– Avant, admettons qu’il nous fallait une demi-heure pour rédiger 4 lettres. Mais aujourd’hui, en une demi-heure, nous traitons bien plus d’e-mails.
– Avec une machine à laver, on passe moins de temps à laver le linge, mais on le lave plus souvent.
– Vers 1900, une maison moyenne comportait 400 objets différents. Aujourd’hui, elle en compte environ 10 000. Cette augmentation quantitative fait qu’on a moins de temps pour s’occuper de chaque objet.

Ce qui se passe, c’est donc que, moins on passe de temps à faire une tâche, plus on a de temps libre; et plus on a de temps libre, plus on a besoin de l’occuper avec de nouvelles tâches. Tout comme les usines qui optimisent les coûts et leurs procédures de fabrication, nous, en tant qu’êtres humains, nous faisons de même: on gagne du temps sur une tâche pour pouvoir en faire d’autres. Ce principe est idéal lorsqu’il s’applique au monde professionnel où l’on a tendance à toujours nous en demander plus. Mais devenons-nous systématiquement rentrer dans cette façon de raisonner une fois que l’on quitte le bureau?
Si l’on manque de temps, c’est donc soit qu’on l’occupe à faire trop de choses, ou que nous perdons trop de temps sur une tâche… d’ailleurs, n’y aurait-il pas des tâches obsolètes? Cela me fait pensait aux différents articles sur le tri et le rangement de mon amie Fédora, et je me demande si l’on ne pourrait pas utiliser les mêmes principes à notre gestion du temps.
Personnellement, à la maison, j’ai arrêté de faire deux choses en même temps (surtout regarder la TV et surfer) et je contingente ma journée pour permettre à mon cerveau de souffler (même si il lui arrive souvent de penser à plein de sujets en parallèle) et j’ai l’impression d’avoir du temps. Le seul hic, c’est que je suis dans le second cas: mes loisirs demandent du temps (et ne finissent jamais) et c’est ma résistance physique (et donc mon niveau fatigue) qui est limitatrice du temps alloué à la dernière tâche de la journée (lecture, Anime, jeu pc). Donc, quand je dis que j’aimerais plus de temps, ça veut dire que j’aimerais ne plus avoir besoin de dormir 😉
Les études ont montré que: Plus on est riche matériellement, plus on devient pauvre en ressource temporelle. Donc, doit-on en déduire que, pour avoir du temps, il faut soit être pauvre, soit ne pas être matérialiste (ou être minimaliste?).

“La modernité signifie mettre en mouvement de plus en plus rapidement le monde matériel, social et idéel. Nous aspirons à multiplier les choses, les contacts, notre horizon d’options… L’aspiration essentielle de la modernité est d’agrandir l’espace des possibilités… Cette aspiration créée inévitablement un problème temporel, car dans ce schéma, le temps est l’élément qui ne peut pas être multiplié. On ne peut pas augmenter la quantité de temps. On peut le compresser, mais pas l’agrandir. Nous vivons dans une société de croissance et le temps, lui ne peut pas croitre.”

Nous sommes bien dans les trois dimensions de l’accélération :
– l’accélération technique (la communication, les transports… mais aussi la pollution),
– l’accélération sociale (celle du changement social qui nous déstabilise)
– et l’accélération des rythmes de vie (qui est une tentative de réponse au phénomène global, qui nous pousse à faire plus de choses par unité de temps).
Ces trois dimensions forment un système clos, où chaque composante se nourrit l’une l’autre, accélérant encore l’accélération. Ces trois dimensions sont également poussées par trois forces motrices :
– l’argent et la compétition qui en sont le moteur économique (le temps, c’est de l’argent) ;
– la différenciation fonctionnelle (la division du travail notamment) ;
– et le moteur culturel (la promesse de l’accélération). “Cette promesse repose sur la perspective de notre mort, de notre propre finitude. Avant d’en arriver là, nous voulons tous faire des millions de choses. Si on se dépêche, on peut faire plein de choses avant de mourir. Si on double la vitesse de notre vie, on peut peut-être en vivre deux. Si on augmente la vitesse à l’infini, atteindrons-nous la vie éternelle avant de mourir ?”.

Le résultat de ce système est une logique d’escalade de la vitesse, de la croissance et de l’innovation. Le problème est qu’il nous faut toujours plus d’énergie (physique, individuelle, collective…) pour entretenir cette stabilisation dynamique, pour maintenir le statu quo. Nous devons faire toujours plus d’efforts pour tenir l’évolution du monde, pour rester compétitifs…

Des solutions? Changer le fonctionnement du monde ou devenir immortel… Dans le premier cas, il faut passer outre ce besoin de croissance perpétuelle – Oui, on doit évoluer mais rien ne presse (sauf si en cas de remake d’Armageddon). Il faut aussi repenser la société. L’auteur préconise que l’on crée une ère post-capitalisme et recentrer la société sur les besoins humains, de contrôler l’accélération, de redistribuer les résultats de la croissance.
Se recentrer sur l’humain, c’est se demander: « Qu’est-ce qui fait que notre vie est réussie ? (…) Notre vie est réussie dans les moments de résonance. La résonance, c’est le sentiment que nous agissons dans un contexte qui nous répond, qui s’adresse à nous”

Que pouvons-nous faire, présentement, à notre niveau?
Se déconnecter (une fois le boulot fini, ne plus consulter ses mails, arrêter de repenser à la journée,..), ralentir (s’organiser du temps libre, faire moins de choses, ou faire les choses plus lentement). Le monde moderne nous offre toujours plus de choix (trop de choix) et nous donne l’impression que nous devons tous les réaliser pour être nous-mêmes.

Il n’y a pas de solutions miracles, mais voici la mienne:
– lister tout ce que vous voulez faire d’ici la fin de votre vie
– catégoriser entre ce qui est indispensable et optionnel, récurrent ou one-shot
– établir les prérequis pour chacune de ces activités (argent, temps, conditions…)
– tenir cette liste à jour (les conditions peuvent changer) MAIS tout ce qui vous y rajouteriez ne peut pas être prioritaire (sauf cas spécifiques, liés souvent à des problèmes de santé)
– avancer dans la liste par priorité et non par opportunité! (si votre objectif, c’est de visiter Rome, ne prenez pas un city-trip à moitié-prix pour Copenhague! Vous y gagnerez certes de l’argent mais vous perdrez du temps – même si, culturellement cela pourrait être gratifiant. Notez que si l’objectif prioritaire, c’est de faire un max de city-trip, alors sautez sur l’occasion).
En parallèle à cela, faites le tri dans votre emploi du temps et organisez-le afin d’optimiser le temps que vous passez en résonance avec vous-même.
De plus, voyez si vous pouvez adapter votre vie pour se rapprocher de vos objectifs (ex: vous adorez passer du temps à la campagne donc, un moyen d’y arriver pourrait être de trouver un job qui vous plaît dans une ville perdue et d’y déménager – cela vous évitera de devoir libérer du temps-vacances pour y aller)

D’ailleurs, je crois que je vais rajouter une page avec mes objectifs de vie 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !
The Postman Écrit par :

9 Comments

  1. 10 juin 2015
    Reply

    Tu as un chroniqueur économique préféré !?! Tu m’étonneras toujours (ceci est un VRAI compliment)

    • ThePostman
      10 juin 2015
      Reply

      Ben oui, j’ai des préférences pour tout; cela va du tiramisu au mathématicien en passant par des managers et des chroniqueurs… par contre, euuhh, j’ai aucune connaissance dans le monde du foot ;-))))

      • ThePostman
        10 juin 2015
        Reply

        et des bibliothécaires lol

      • 10 juin 2015
        Reply

        Alors que moi, je connais plus de joueurs de foot que de chroniqueurs économistes ^^ (c’est très bien les bibliothécaires ^^)

        • ThePostman
          10 juin 2015
          Reply

          Le seul nom que je peux donner, c’est Enzo Schiffo.. mais je ne sais même pas si il est encore vivant 😉

          • 10 juin 2015
            Reply

            effectivement… 😀

  2. 10 juin 2015
    Reply

    il faut de la rigueur pour tenir cette liste; pour n’importe quelle liste en fait..
    je n’ai pas cette rigueur

    (j’aime beaucoup l’illustration et le titre de cet article)
    (et rien à voir, mais j’ai attaqué le tome 3 du livre perdu)

    • ThePostman
      10 juin 2015
      Reply

      La tenir à jour, çà dépend de la stabilité de personnes (si on change d’avis 5x par jour, ¸a risque d’être difficile).
      Le plus dur, c’est la première liste… ensuite tu la mets à jour 1x par an, c’est suffisant (sauf si tu dois vraiment rajouter tous les produits Apple ;-))

      • 10 juin 2015
        Reply

        je ne suis pas versatile à ce point ^^

Quelque chose à rajouter?