E-volution 6.0 – Chapitre 1 – Recrutement (2/6)

<< Chapitre 1 (1/6)

Caporal Olivier !

C’était la voix du lieutenant Tocini ; il était rare que ce denier prenne la peine de se déplacer. J’avais laissé tomber ma lecture et m’étais rapidement mis au garde-à-vous.

– Oui chef !
– Un appel pour vous ; il paraît que c’est urgent. Vous pouvez le prendre dans mon bureau.
– Merci chef ! j’y vais de suite !
– Ne traînez pas ; nous avons un briefing dans 15 minutes.
– Bien chef !

Un appel urgent ? Etait-il arrivé quelque chose à John ou à maman ? La mort avait une sacrée tendance à roder autour de moi ces derniers temps et je priais pour que ce ne fut pas encore une mauvaise nouvelle. Nous avions perdu Yvan et Roger sur le front il y avait deux jours et Mike était dans un état critique depuis la semaine précédente. Cette guerre ne se terminerait donc jamais ?

J’étais plongé dans mes idées noires lorsque j’étais entré dans le local servant de bureau mais aussi de chambre au petit Mario – enfin, je voulais dire le lieutenant Mario Tocini. La pièce n’était pas très éclairée et il m’avait fallu quelques secondes pour m’habituer à l’obscurité et pour trouver le combiné téléphonique. Comment, en 2061, en étions-nous réduit à utiliser une technologie si dépassée. Il paraitrait que c’était pour des raisons de sécurité et de non-interception mais j’en avais toujours douté.

– Sam Olivier, j’écoute !
– Bonjour Monsieur Olivier, je me nomme Anna. Je travaille pour le bureau des ressources humaines du Canada.

Le Canada ? Que me voulait ce pays que ne participait même pas à l’effort de guerre ? Et comment diable avaient-ils réussi à me joindre ici, dans ce coin reculé du monde occidental, à deux pas de la ligne séparant la vie de la mort ?

– Qu’est-ce que vous m’voulez ?
– Je me doute que vous avez de nombreuses questions et nous y répondrons plus amplement dès que nous vous rencontrerons.
– Mais, je n’ai pas dit que j’acceptais de vous rencontrer et …

Je n’eus pas le temps de finir ma phrase qu’elle m’interrompit sèchement :

– Vous n’en aurez pas le loisir. Votre capitaine a reçu des ordres et vous serez conduit dans la soirée en nos locaux. Nous tenions à ce que vous sachiez à quoi vous en tenir et surtout que vous vous prépariez.
– Mais me préparer à quoi ? Commençais-je à m’énerver…

Je n’avais reçu pas de réponse, uniquement un : « Au revoir » et le bruit clôturant la communication !

J’étais resté là une bonne minute à retourner cet étrange et court échange dans ma tête puis, j’étais reparti vers ma tente. Comme j’avais croisé le reste de mon unité se dirigeant pour le briefing de la mission programmée l’après-midi même, je les avais suivis.
Il était question d’une mission pour de détrôner le Nouvel Empire Ottoman de la salle de commande du CERN, dont il venait de s’emparer la veille. Nous devions frapper vite avant qu’ils n’aient le temps d’y installer une base imprenable.

A la fin de la réunion, le capitaine Vegas était venu me trouver :

– Caporal Olivier , suivez-moi, nous avons à discuter !
– A vos ordres mon capitaine !

Nous étions allés sous sa tente, laquelle était nettement mieux aménagée que celle du sergent.

– Repos Caporal !

M’exécutant, il m’avait fait signe de m’asseoir sur une chaise tandis qu’il prenait place dans son « fauteuil ».

– Vous l’aurez compris ; vous ne participerez pas à cette mission. D’ailleurs je pense qu’après ce jour, nous ne nous reverrons plus.
– Je ne comprends pas, cap…

Il levait la main pour m’interrompre – décidément, ça arrivait souvent aujourd’hui.

– J’ai reçu des ordres et vous allez être réaffecté. Je ne sais pas de quoi il retourne, mais une seule chose est certaine, c’est qu’une voiture passera vous chercher à midi et qu’il vous reste donc une heure pour préparer vos affaires.
– Puis-je vous poser une question ?
– Allez-y !
– Pourquoi moi ?
– Ne vous voilez pas la face, Sam – je fus surpris qu’il m’appelle par mon prénom – vous êtes le meilleur tacticien au sein de ce commando et l’état-major a dû le remarquer. Il a certainement jugé que votre place serait plus utile ailleurs.
– Mais le Canada n’a pas d’armée !
– Je vous arrête là ! Aucun de nous deux ne sommes dans le secret ; s’ils vous ont contacté, c’est qu’ils ont leurs raisons. Pour ma part, je vous le dis sincèrement : vous allez nous manquer mais je suis aussi certain que, là où vous serez, vous continuerez de nous aider.

Chapitre 1 – Recrutement (3/6) >>

Rendez-vous sur Hellocoton !
The Postman Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Quelque chose à rajouter?